Amanda 1

Salam alekoum !

Nanga def? Mangi fi rekk !
Quel plaisir de voir le sourire des sénégalais quand nous, toubabs, prononçons ces quelques mots de wolof, lorsque nous achetons de l'eau ou que nous arrêtons un taximan ! Voilà seulement quelques jours que je suis arrivée dans cette grande et fascinante ville qu'est Dakar et déjà tant de découvertes, de surprises. Déjà la température : je m'attendais à avoir chaud, très chaud. Je suis loin du compte ! Il fait très bon pour nous français mais froid (ou frais) pour les sénégalais. Une moyenne de 22 degrès la journée et 16 / 17 la nuit avec surtout un vent qui refroidit l'atmosphère... Pour moi c'est un peu le temps parfait !

A mon arrivée, première étape : l'aéroport. Mathieu, volontaire au Sénégal l'an dernier et Fatou de France Volontaires m'avaient expliqués comment se passait l'arrivée de toubabs à l'aéroport de Dakar. Et ce n'était pas exagéré ! Même à 3h du matin, une foule de sénégalais se rue sur les voyageurs pour leur proposer de les amener avec leur taxi où ils veulent, « au bout du monde » m'a-t-on même proposé. Après avoir remercié plus de 20 taximen, Libasse, taximan de France Volontaires m'a conduit jusqu'au Collège Sacré Cœur où je séjournerais quelques jours.
Je ne savais vraiment pas à quoi pouvait réellement ressembler Dakar, je n'avais pas voulu regarder trop de photos, de films, pour arriver la tête vide de tout préjugés, stéréotypes. Les quelques kilomètres qui séparent l'aéroport du collège m'ont projetés dans une autre dimension. Il faisait nuit certes mais le paysage qui s'offrait à moi mêlé à cette odeur inconnue m'a propulsé dans un autre monde. Je ne savais plus trop quels sentiments je ressentais : de l'excitation face à la découverte de cette ville, de l'appréhension face à l'inconnu ou encore de la fascination devant cette ville qui m'a parut si loin de mon quotidien habituel. Et le lendemain, lorsque je me suis réveillée, je me suis dis, « après des mois à préparer ce séjour, ça y est tu es bien au Sénégal ! ». Je suis donc partie à la rencontre de l'Espace Volontariats du Sénégal qui m'accueille avec gentillesse pendant mes 5 mois. J'ai fait la rencontre de Fatou et du reste de l'équipe qui m'a de suite mis à l'aise. Je me suis installée sur une grande table que je partage avec d'autres stagiaires, volontaires... ça ressemble beaucoup à Cool'eurs du Monde finalement ! Et puis la présence de la BEM (Bordeaux Management School) de l'autre côté de la rue me rappelle, à chaque fois que je lève la tête, que la France et Bordeaux ce n'est pas si loin !

Je déménage ces jours-ci chez une famille sénégalaise où je partagerais également mon quotidien avec un espagnol et deux capverdiennes. J'ai décidé de prendre les repas avec eux pour savourer les plats sénégalais mais aussi pour mieux comprendre la culture sénégalaise et mieux m'intégrer. J'ai tellement hâte !

Cette expérience promet d'être riche et unique, tant sur le plan personnel que professionnel. Et dès ce week end je pars à la découverte de Dakar !

Toubab Dialaw-3

Deux mois à la sénégalaise !
Salam maalekum !
Deux mois. Déjà ! Le temps passe décidément trop vite. J'ai l'impression d'avoir vécu tellement de choses en deux mois et en même temps que mon départ, c'était hier. Je ne sais pas par où commencer...
Côté mission, le projet WECCEE (l'échange de volontaires entre l'Aquitaine et le Sénégal) avance. Mes semaines s'articulent entre rendez-vous avec les structures d'accueil des jeunes, les autorités sénégalaises et... la recherche de financement ! Ce dernier point n'est pas une partie de plaisir tous les jours mais c'est très formateur, enrichissant et ça permet de se rendre compte des réalités financières de tout nouveau projet.
Depuis mon arrivée j'ai rencontré beaucoup de structures qui sont intéressées par le projet et je peux dire qu'à chaque fois l'accueil était des plus chaleureux ! Souvent les réunions se font au domicile des bénévoles de l'association autour d'un thé sénégalais ou de café Touba. Les structures rencontrées sont toutes plus différentes les unes que les autres : dans le domaine du rugby, de l'art et de la culture, de l'environnement, de la protection des enfants des rues, du développement local... Cette diversité des acteurs est ce qui je suis sûre, fera la richesse du projet.
Parallèlement je rencontre les autorités françaises et sénégalaises pour présenter le projet et permettre d'impliquer le maximum d'acteurs dans ce projet de réciprocité. J'ai eu la chance de rencontrer notamment le Consul de France à Dakar, M. Alain Jouret ; des chargés de mission du service de la coopération et des actions culturelles de l'Ambassade de France à Dakar et plus récemment le chargé du programme des Volontaires des Nations Unies du PNUD à Dakar (Programme des Nations Unies pour le Développement). Mais je pense que la rencontre qui restera le plus dans ma mémoire est celle avec le Ministre de la Jeunesse, de l'Emploi et de la Promotion des Valeurs civiques, M Benoit Sambou. Prochainement je rencontre le Directeur de l'Assistance Technique. Toutes ces rencontres permettront j'espère de donner une autre dimension à ce projet de réciprocité entre les deux pays.
Entre suivi et accompagnement des structures, démarches administratives, recherche de financement, gestion des questions logistiques, mes journées sont bien remplies. J'en apprends tous les jours et c'est ça qui me motive ! L'appui de l'Espace Volontariats du Sénégal est très important. Je ne suis peut être pas une salariée de l'Espace Volontariats mais je me sens totalement intégrée à cette équipe dynamique et si accueillante. Les plats sénégalais dégustés le midi au petit restaurant du coin sont toujours un moment de partage et d'échange très sympathique.

En dehors de ma mission je profite au maximum de cette vie « à la sénégalaise ». Et pour s'imprégner au mieux dans une culture - outre le fait de vivre dans une famille sénégalaise - quoi de mieux que d'apprendre le dialecte local ? C'est pourquoi je prends désormais des cours de wolof 4h par semaine pendant 2 mois. C'est France Volontaires qui propose aux volontaires ces cours. Et c'est dense ! Maintenant je peux prendre un taxi en négociant en wolof ou encore acheter mon pain à la boutique dans la langue de kocc barma.
Je commence à vraiment bien connaitre Dakar et les alentours. Les îles de Gorée, de Ngor, de la Madeleine n'ont plus de secrets pour moi. Dans le cadre du projet WECCEE je me suis rendue à Toubab Dialaw un village de pêcheurs à quelques dizaines de kilomètres de Dakar, c'est un véritable havre de paix comme vous pourrez en juger sur la photo... J'ai fait un aller-retour express à Thiès mais il me tarde d'y retourner pour découvrir un peu plus la ville. J'envisage très prochainement d'aller à la découverte du Sénégal : Mbour, St Louis, Tambacounda et la Casamance si les conditions s'y prêtent !

Ba beneen yoon !
Amanda

 

 

Mentions légales | Contact

Maintenance et hébergementAgence Agerix : votre projet en toute sérénité

Rejoignez-nous sur Facebook !

 

facebook