GOPR0048-300x225 [800x600]GOPR0056-300x225 [800x600]

Arrivée au Pays.

Il y a tout juste une semaine, heure pour heure, je montais dans l'avion qui m'emmenait à passer au dessus de la méditerranée pour la première fois. Destination Dakar, arrivée 21 heure locale.

Premiers pas sur le sol Sénégalais, remarquable changement, 30° de différences avec Paris. Ce qui est plutôt frais pour la saison me dira-t-on plus tard.

Une fois passé toute les barrières d'entrée en territoire, le bonheur de voir arriver mes valises sur le tapis roulant (après une heure d'attente), je sortais enfin de l'aéroport Sédar Senghor pour rejoindre Fatou de France Volontaires, association dans laquelle j'allais passé mes premiers jours dans la capitale du Sénégal, la presqu'île de Dakar.

A mon réveil le lendemain, drôle de sentiment, après trois mois à rêver de cette arrivée, j'y étais cette fois pour de vrai. Pas de doutes possibles, lorsque sortant de ma moustiquaire, je regarde par la fenêtre de ma chambre, la rue au sol sableux et aux petites épiceries en couleurs approuve que je ne rêve plus. Léger Déki (petit déj' en Wolof), une bonne dose de crème solaire, me voilà parti pour ma première exploration dans les rues de la ville.

Quelle plaisir de se perdre dans ce labyrinthe qu'est Dakar, à chaque coin de rue, il n'y a pas une chose sur laquelle mon regard s'arrête, la configuration des maisons, des rues... Alors que je marche depuis déjà une bonne heure, j'aperçois au loin, se dégageant du nuage de poussière des voitures, ce qui me semble être, au premier abord, une montagne qui surplombe la ville. Or, j'ai beau vérifier dans mon routard, il n'y a pas la trace d'une seule montagne à Dakar. Serais-je donc le premier explorateur à la découvrir ?

Lorsqu'arrivée non loin d'elle, je m'aperçois alors de mon erreur, et me rend compte que je suis au pied du monument de la Renaissance Africaine. Un colosse de pierre surplombant la ville et l'océan.

Deux jours passèrent encore, riches eux aussi en découvertes et en rencontres, lorsque Ousseynou arriva. Venu de Thiès à Dakar pour me chercher et me conduire, ou plutôt nous faire conduire en taxi Touba, vers sa maison Familiale où je séjournerait durant mes 6 mois de missions. Rencontre avec toute la famille, qui habite aussi dans la maison, formant un petit village tous ensemble au sein du quartier Cité Senghor de la ville.

Tous les membres sans exception parlent Wolof, et très peu le Français. L'apprentissage de la langue va donc être le premier objectif de mon séjour, tant il est indispensable dans la vie de tous les jours. Je me fabrique donc actuellement un petit lexique m'aidant dans cette démarche, mais au bout de 5 jours, je ne commence seulement qu'à retenir les prénoms de l'ensemble de la famille. Je ne baisse cependant pas les bras, 6 mois m'attendent encore pour perfectionner mon vocabulaire.

Le travail, quant à lui, démarre plutôt bien. Plusieurs rencontres ont ponctuées mes premiers jours, j'attends avec impatience de rencontrer l'école et le village de Bangadj, afin de lancer notamment l'échange avec l'école de Gauriaguet..

Alors, Manguidem comme on dit ici.

Mathieu Lesauvage.

 

Mentions légales | Contact

Maintenance et hébergementAgence Agerix : votre projet en toute sérénité

Rejoignez-nous sur Facebook !

 

facebook