Ce vendredi, nous vous présentons Madagascar et le Sénégal.

Charlotte en directe de Madagascar

 Madagascar, l'île rouge, je m'envole pour te rejoindre, pour t'explorer, pour connaître le peuple qui t'habite et pour apprendre leurs coutumes. Avant de mettre les pieds sur ta terre d'argile, les gens s'inquiétaient pour moi " fait attention aux maladies, soit forte les gens sont pauvres et malheureux là-bas " me disaient-ils. Mais lorsque j'ai atterri, je me suis rendu compte que leurs paroles n'étaient que préjugés.Sans titre 6

Oui, il y a la maladie. Oui, il y a la pauvreté, mais il y a plus de gens en bonne santé que de gens malades et pauvreté ne riment pas avec malheur. Les gens sont gentils, accueillants, souriants ils accèdent au bonheur beaucoup plus simplement que les Occidentaux. Ils vivent d'ailleurs avec simplicité, une simplicité qui me plaît : ils se réveillent à l'heure où le soleil se lève, ils travaillent avec courage dans les rizières, au marché ou ailleurs avec pour seul but de pouvoir manger.

Certes, tout cela est une généralité, il y en a des gens qui courent après l'argent, il y a des gens malheureux ou bien des gens malfaisants, mais connaissez-vous des pays où tout le monde va bien, où tout le monde est beau et gentil ? Moi, j'appelle ça une utopie. En tout cas ici, je me sens bien, les gens ne me rejettent pas au contraire, ils sont très avenants, ils viennent vers moi et me questionnent sur ma culture et mes coutumes. Parlons de faune, parlons de flore, des sujets que j'adore. Madagascar est une île en or, 80% de sa faune et de sa flore est classée endémique, autant vous dire qu'ici vous en verrez des choses exceptionnelles, lémuriens, baobab, caméléons et j'en passe !

Mon service civique est commencé depuis une semaine, je travaille dans un centre de lecture et d'animations culturelles (CLAC), comme animatrice, je coopère également avec les 10 établissements scolaires de la ville ou je suis, Soavinandriana, je vais faire des interventions dans les écoles, collèges et lycées. Au programme choral, danse, théâtre, ateliers artistiques (Land art) ! J'ai déjà commencé à faire des animations au CLAC, les enfants sont très investis, je passe vraiment du bon temps ici !!

Je sens que cette expérience va énormément m'apporter et j'encourage de tout cœur les jeunes à s'investir dans un service civique !!

 Capture decran 2018 01 30 a 11.33.26

 

 

Coralie en direct du Sénégal

Arrivée à Dakar vers 1h50, avec les autres volontaires, la descente de l’avion annonce directement l’atmosphère : chaud (en température) et incertain. Le stress commence à monter au passage à la police des frontières jusqu’à la sortie de l’aéroport. Sur nos visages se lisent l’inquiétude et la grande question : allons-nous récupérer nos valises ?

Une petite demi-heure plus tard, contents d’avoir tous retrouvé nos affaires, on affronte l’allée de sortie de l’aéroport entourée par des grillages où des locaux nous attendaient impatiemment pour porter nos bagages jusqu’au véhicule. Même si l’on s’en sort seul (bon… avec un peu plus de difficultés pour moi et mes deux valises), ils nous suivront jusqu’au bout renouvelant les tentatives d’aide.Sans titre 7

Le lendemain, l’île de N’Gor nous offrira un cadre paradisiaque propice aux premiers échanges sur nos ressentis et nos remarques : le nombre important de personnes dans les rues de Dakar, l’absence de code de la route (et les premières frayeurs en taxi), la pollution qui gratte la gorge… Nous ferons notre premier repas typique sur la plage puis le soir, nous partagerons ce temps dans la famille d’Abdou (président de Cool’eurs du Monde).

Grâce à leur convivialité et le partage de leurs coutumes, ce repas nous a permis à tous de faire plusieurs découvertes dont celle du piment pour Paul. Bien que prévenu mais mélangé au riz, Paul a tenté pendant quelques minutes (très longues pour lui) de faire redescendre la température. Après cet épisode plus ou moins drôle, nous avons entrepris d’échanger en Wolof avec la famille, mais pour ma part j’ai appris le lendemain que je devrais parler Sérère à Diofior.

Passer la nuit dans mon nouveau « chez moi » à Diofior, en compagnie de mes amies les araignées, n’a pas été une tâche facile. Je réalise que l’aventure commence réellement maintenant. Quitter les autres volontaires, découvrir un nouvel environnement de vie (bien différent de Dakar par ses paysages et la manière d’y vivre) crée une petite panique en moi. Heureusement, la famille me fait vite comprendre qu’ils sont là avec moi. Tout le monde arrive pour le grand nettoyage, même les tout-petits et je sens rapidement mon cœur se réchauffer.

Sans titre 8

Je me prénomme maintenant Coumba Diouf et j’ai oublié le confort de la vie française pour m’adapter au confort de la vie sénégalaise dans une petite ville, où il fait bon vivre. Ici, on passe beaucoup plus de temps à faire des choses simples du quotidien comme laver son linge, faire à manger, se doucher au sceau quand l’eau n’arrive pas jusqu’à la douche… mais, finalement, je m’y habitue plutôt bien.
Pour finir, je découvre ce que signifie vivre en famille. Premièrement, je perds pied en saluant tout le monde et en faisant le compte, vingt-deux personnes… Waw ! Quels sont leurs liens ? Comment vais-je retenir leur nom ? (Il me faudra une semaine, une photo de famille et un arbre généalogique).
L’après-midi arrive. Je commence déjà à prendre mes repères dans cette grande famille qui m’a accueillie comme l’une des leurs.  Je suis stupéfaite de voir l’entraide et le partage qui se dégage de celle-ci. L’organisation au quotidien entre les membres est menée d’une main de maître. C’est pourquoi ils arrivent à trouver, chaque jour, le temps de discuter.

Bref, je me rends compte que je râle bien trop souvent quand il s’agit d’aider ma mère et que je ne prends pas assez le temps de discuter avec mes proches. Cette expérience commence tout juste et elle semble déjà m’ouvrir les yeux sur la vie, aussi simple qu’elle puisse être.Sans titre 9 copie

Mentions légales | Contact

Maintenance et hébergementAgence Agerix : votre projet en toute sérénité

Rejoignez-nous sur Facebook !

 

facebook